Analyse trimestrielle à fin T1 2017

L’indice trimestriel d’investissement des TPE/PME mesure l’évolution des dépenses d’investissement moyennes par entreprise et par jour.

  • Cet indice, au plus près des entreprises, permet de suivre l’évolution de l’investissement trimestre par trimestre et de comparer les chiffres avec ceux de l’année précédente, sur la base d’un périmètre constant d’entreprises.
  • Cet indice régional est mesuré à partir d’une moyenne trimestrielle de plus de 15 000 entreprises bretonnes.

Précision méthodologique

L’indice trimestriel d’investissement des TPE/PME est construit à partir des déclarations de TVA mensuelles et trimestrielles des entreprises. Cela explique pourquoi les tendances pourront être (légèrement) différentes de celles des indices mensuels qui sont, comme leur nom l’indique, uniquement réalisées à partir des déclarations mensuelles.

L’interprétation des données concernant l’investissement doit par ailleurs être faite en gardant à l’esprit la méthodologie retenue dans le cadre de cette étude :

  • Les données présentées sont issues d’un périmètre constant d’entreprises ; le critère de sélection étant le chiffre d’affaires. Autrement dit, seules les entreprises ayant déclaré un chiffre d’affaires au cours des premiers trimestres 2016 ET 2017 ont été retenues pour l’analyse.
  • Toutes ces entreprises n’ont toutefois pas investi au cours de ces deux périodes.
    • Certaines ont pu le faire, mais d’autres ont très bien pu n’investir que sur un des deux trimestres, voire ne pas investir du tout.
    • Le nombre d’entreprises ayant effectivement engagé des dépenses d’investissement n’est donc pas le même chaque trimestre

Plus dynamiques que la moyenne des entreprises françaises depuis le début de l’année 2016, les TPE/PME bretonnes ont affiché, au cours du premier trimestre 2017, un net recul de leurs dépenses d’investissement.

  • A fin mars 2017, les dépenses d’investissement des TPE/PME bretonnes se sont en effet contractées de plus de 4%, par rapport au premier trimestre 2016. Sachant que, dans le même temps, l’investissement de l’ensemble des entreprises françaises a progressé de 0,6%.
  • Cette baisse de l’investissement n’est naturellement pas une bonne nouvelle et elle peut même paraître surprenante compte tenu de la bonne santé des entreprises bretonnes au cours des trimestres précédents. Elle mérite toutefois d’être interprétée avec prudence.
    • D’une part parce que l’investissement des entreprises bretonnes avait très fortement progressé au cours du premier trimestre 2016 (+8,5%). Autrement dit, l’effet de base était très défavorable sur les trois premiers mois de l’année 2017.
    • D’autre part, parce que la baisse du premier trimestre 2017 est en grande partie imputable à deux grands secteurs d’activité : le commerce et l’hébergement-restauration.
      • Or, ces deux secteurs regroupent de grosses entreprises susceptibles de réaliser (ou pas) des investissements massifs.
      • Autrement dit, quelques entreprises qui auraient fortement investi au premier trimestre 2016, mais pas au premier trimestre 2017, peuvent parfaitement accentuer la baisse de l’investissement global.
  • L’évolution des dépenses d’investissement au cours des trois premiers mois de l’année est par ailleurs hétérogène selon les départements :
    • Les entreprises du Finistère, bien qu’affichant la croissance de chiffre d’affaires la moins dynamique, ont continué d’investir massivement, avec des dépenses en hausse de plus de 7% par rapport au premier trimestre 2016.
    • Celle des trois autres départements de la région ont en revanche réduit leurs dépenses, mais de façon plus ou moins marquée : -2,6% pour les TPE/PME des Côtes d’Armor, -7,1% pour celles d’Ille-et-Vilaine et  -12,6% pour celles du Morbihan.
  • Signalons enfin que les plus petites entreprises (moins de 250 k€ de chiffre d’affaires annuel), qui avaient renoué avec l’investissement durant le dernier trimestre 2016, ont fait preuve de la plus grande prudence en ce début d’année 2017, avec des dépenses en forte baisse. En fait, seules les entreprises réalisant entre 500 k€ et 1 M€ de chiffre d’affaires annuels ont accru leurs dépenses d’investissement au cours de la période.

Source : Données issues de la base Statexpert – Variations en glissement annuel sur la base d’un périmètre constant de plus de 15 000 entreprises.