Analyse trimestrielle à fin T4 2018

L’indice trimestriel d’investissement des TPE/PME mesure l’évolution des dépenses d’investissement moyennes par entreprise et par jour.

  • Cet indice, au plus près des entreprises, permet de suivre l’évolution de l’investissement trimestre par trimestre et de comparer les chiffres avec ceux de l’année précédente, sur la base d’un périmètre constant d’entreprises.
  • Cet indice régional est mesuré à partir d’une moyenne trimestrielle de plus de 15 000 entreprises bretonnes.

Précision méthodologique

L’indice trimestriel d’investissement des TPE/PME est construit à partir des déclarations de TVA mensuelles et trimestrielles des entreprises. Cela explique pourquoi les tendances pourront être (légèrement) différentes de celles des indices mensuels qui sont, comme leur nom l’indique, uniquement réalisées à partir des déclarations mensuelles.

L’interprétation des données concernant l’investissement doit par ailleurs être faite en gardant à l’esprit la méthodologie retenue dans le cadre de cette étude :

  • Les données présentées sont issues d’un périmètre constant d’entreprises ; le critère de sélection étant le chiffre d’affaires. Autrement dit, seules les entreprises ayant déclaré un chiffre d’affaires au cours des premiers trimestres 2016 ET 2017 ont été retenues pour l’analyse.
  • Toutes ces entreprises n’ont toutefois pas investi au cours de ces deux périodes.
    • Certaines ont pu le faire, mais d’autres ont très bien pu n’investir que sur un des deux trimestres, voire ne pas investir du tout.
    • Le nombre d’entreprises ayant effectivement engagé des dépenses d’investissement n’est donc pas le même chaque trimestre

En matière d’investissement, les TPE-PME bretonnes ont de nouveau réduit leur effort (-2,1 %), malgré un effet de base favorable. La région se classe 7e avec un résultat supérieur de 1,2 point à la performance nationale.

En moyenne, sur l’année 2018, l’investissement des entreprises locales se replie légèrement (-0,4 %) tandis que le recul est bien plus net en France (-3,3 %).

En matière d’investissement, ce sont de nouveau les plus grandes PME de l’échantillon (entre 1 et 50 millions d’euros de CA annuel) qui limitent la baisse globale avec une hausse de 15 % des montants investis, alors même que l’effet de base n’était pas favorable. Pour les structures dont l’activité est comprise entre 250 et 499 K€, le niveau d’investissement se stabilise, après quatre trimestres consécutifs de baisse. A l’inverse, la contraction de l’investissement se poursuit pour les plus petites entreprises (-26,6 %) et pour celles réalisant entre 500 et 999 K€ de CA annuel (-13,7 %).

Côté investissement, l’ampleur des évolutions est à mettre en regard de la taille parfois réduite des échantillons. La baisse concerne quatre des cinq secteurs suivis par l’Ordre. Seules les TPE-PME du commerce ont augmenté leur effort en la matière (+14,3 %), pour le troisième trimestre consécutif, avec un résultat très supérieur à la moyenne nationale. À noter qu’elles bénéficiaient encore une fois d’un effet de base très favorable. Plus précisément, ce sont les montants moyens investis qui ont augmenté comparativement au même trimestre de l’année passée, le nombre d’entreprises ayant investi a quant à lui légèrement diminué.

Le niveau d’investissement continue de baisser pour les TPE-PME du secteur de l’hébergement restauration (-6,9 %), pour le troisième trimestre consécutif et pour celles du secteur de l’industrie manufacturière (-11,3 %), pour le septième trimestre consécutif. Pour les entreprises des transports et de l’entreposage (-5,8 %), la situation reste en dents de scie. Les montants investis par les entreprises de la construction restent en baisse (-8,3 %), mais celle-ci est beaucoup moins forte que celle du précédent trimestre. L’effort d’investissement reste néanmoins en dessous de la moyenne sectorielle nationale.