Analyse trimestrielle à fin T3 2020

Analyse trimestrielle

Si l’activité des TPE-PME régionales de la construction s’est maintenue à un haut niveau lors du 1er trimestre 2020 (+8,1 %), elle s’est effondrée lors du 2e trimestre, perdant 18,9 % par rapport au 2e trimestre 2019. Le rebond du 3e trimestre (+6,8 %) a permis d’atténuer la baisse de CA cumulée depuis le début d’année. L’ICAC indique un recul du CA de 0,8 % sur les trois premiers trimestres de l’année, comparativement à la même période de l’année précédente.

Travaux de maçonnerie générale et gros oeuvre de bâtiment

Les TPE-PME régionales de maçonnerie ont maintenu une forte croissance au 1er trimestre 2020 avec une hausse de 8,6 % de CA. L’activité a fortement ralenti, en lien avec le confinement sur le 2e trimestre (-20,0 %). Mais l’activité a nettement rebondi lors du 3e trimestre 2020 (+21,4 %) et compensé les pertes subies au précédent trimestre. Les entreprises locales enregistrent ainsi une hausse cumulée de CA de 9,6 % sur les trois premiers trimestres de l’année, comparativement à la même période de l’année précédente.

+9,6 % de hausse cumulée de CA sur la période du 1er au 3e trimestre 2020 par rapport à la période du 1er au 3e trimestre 2019

Maçons

Après deux premiers trimestres difficiles (-16,0% au premier trimestre, -19,0% au deuxième), l’activité des maçons a eu tendance à se stabiliser. Le chiffre d’affaires de la profession s’est ainsi établi à -11,5% sur les 9 premiers mois de l’année. À l’image d’autres professions du BTP, l’activité reste toutefois contrainte par les mesures sanitaires mises en place au sein de la filière. Ces mesures, qui visent notamment à protéger les collaborateurs et les clients, pèsent fortement sur les entreprises artisanales, parmi elles les entreprises de maçonnerie.

Électriciens

Après deux premiers trimestres difficiles (-10,0% au premier trimestre, -23,0% au deuxième), l’activité des électriciens a eu tendance à se stabiliser. Le chiffre d’affaires de la profession s’est ainsi établi à -12,0% sur les 9 premiers mois de l’année. À l’image d’autres professions du BTP, l’activité reste toutefois contrainte par les mesures sanitaires mises en place au sein de la filière. Ces mesures, qui visent notamment à protéger les collaborateurs et les clients, pèsent fortement sur les entreprises artisanales, parmi elles les entreprises d’installation électrique.