Analyse trimestrielle à fin T3 2019

L’analyse de l’évolution de l’activité

En Bretagne, l’activité des TPE-PME au 3e trimestre 2019 a augmenté, à nombre de jours comparable, de 3,6 % par rapport au 3e trimestre 2018 (indice à 103,6), hausse supérieure de 1 point à la moyenne française (+2,5 %). La région conserve la 2e place du classement en termes d’évolution du chiffre d’affaires (CA), sur ce trimestre de croissance nationale toujours dynamique.

Tous les départements bretons continuent de bénéficier de la bonne conjoncture régionale. Signe du dynamisme, seules les TPE-PME des Côtes d’Armor (+2,3 %) voient leur indice d’activité progresser légèrement moins rapidement qu’au niveau national. Les TPE-PME du Morbihan conservent la première place régionale (+4 %). Celles du Finistère (+3,9 %) ne sont pas en reste et gagnent 1 point de croissance par rapport au précédent trimestre. Les entreprises d’Ille-et-Vilaine (+3,7 %) enregistrent également une belle performance même si la hausse reste inférieure à celle des trois derniers trimestres.

L’indice trimestriel d’activité des TPE/PME mesure l’évolution du chiffre d’affaires moyen par entreprise et par jour.

  • Cet indice, au plus près des entreprises, permet de suivre l’activité trimestre par trimestre et de comparer les chiffres avec ceux de l’année précédente, sur la base d’un périmètre constant d’entreprises et en atténuant les effets du nombre de jours ouvrés sur leur activité.
  • Cet indice est mesuré à partir d’une moyenne trimestrielle de plus de 15 000 entreprises bretonnes.
  • Il est également décliné pour quelques grands secteurs d’activité de l’économie locale.

L’indice trimestriel d’activité des TPE/PME bretonnes

L’indice d’activité des TPE-PME bretonnes reste à un haut niveau, proche de celui des deux premiers trimestres de l’année 2019. Les entreprises locales signent leur quatrième meilleure performance depuis le lancement du baromètre en 2015. Le résultat est supérieur à la moyenne française depuis le 3e trimestre 2016.

En moyenne sur les quatre derniers trimestres, les entreprises régionales enregistrent une hausse de 3,5 % de leur chiffre d’affaires, supérieure de plus d’1 point à la performance nationale (+2,4 %).

Globalement, l’indice trimestriel d’activité* des entreprises installées dans les cinq grandes villes bretonnes analysées a progressé de +4,6% au cours du troisième trimestre 2019, par rapport à la même période de 2018. C’est (de loin) la plus forte croissance enregistrée depuis que l’Ordre des experts-comptables suit cet indicateur.

Autre bonne nouvelle, les cinq villes analysées dans le cadre de cette étude ont par ailleurs affiché un chiffre d’affaires journalier moyen en hausse.

  • Les TPE/PME rennaises et brestoises (deux des villes qui comptent le plus d’entreprises au sein de la base Statexpert) ont ainsi affiché, pour le deuxième trimestre consécutif, des croissances de leur activité inférieures à la moyenne des entreprises de la région.
  • Le chiffre d’affaires journalier moyen des premières a ainsi progressé de +2,1% par rapport au troisième trimestre 2018, alors que celui des secondes affichait une croissance de +1,6%.
  • Notons toutefois que ces hausses de chiffre d’affaires ont été plus marquées que celles observées au cours du deuxième trimestre 2019. Autrement dit, la situation de ces entreprises s’améliore…
  • Signalons enfin que Brest est la seule des cinq grandes villes analysées à « faire moins bien », en termes de croissance de l’activité, que la moyenne de son département.
  • Les hausses explosives des trois autres grandes villes bretonnes analysées appellent également quelques remarques.
  • La croissance de plus de +9% du chiffre d’affaire des entreprises de Saint-Brieuc peut notamment s’avérer surprenante (voire suspecte) à première vue. Une des explications à cette forte croissance est à chercher du côté des données du troisième trimestre 2018, c’est-à-dire la période de référence sur laquelle est calculée cette variation. Au cours de cette période, le chiffre d’affaires des entreprises de la ville s’était contracté de près de -5%, ce qui a créé un effet de base extrêmement favorable pour le troisième trimestre 2019. Par ailleurs, il ne faut pas perdre de vue que les TPE/PME briochines de la base Statexpert ne sont guère nombreuses (environ 250 sont analysées chaque trimestre), ce qui peut provoquer une certaine volatilité des évolutions.
  • Les entreprises installées à Quimper ont également bénéficié d’un effet de base positif au cours du troisième trimestre 2019. Et elles en ont nettement profité, avec une croissance record de près de +7% de leur chiffre d’affaires journalier moyen, par rapport au troisième trimestre 2018. Ce faisant, les TPE/PME quimpéroises confirment qu’elles font parties, avec leurs homologues de Vannes, des entreprises urbaines les plus dynamiques de la région (une situation que l’on constate depuis plusieurs trimestres maintenant).
  • Les entreprises domiciliées à Vannes ont en effet, elles-aussi, affiché une croissance record de leur activité au cours de l’été 2019, avec un indice trimestriel de chiffre d’affaires en progression de +6,7% par rapport au troisième trimestre 2018. Au cours des sept derniers trimestres, leur chiffre d’affaires journalier moyen a ainsi affiché une progression de plus de +3% à quatre reprises ; ce qui positionne clairement Vannes comme une des villes dynamiques de la région.

*: Autrement dit le chiffre d’affaires journalier moyen, ou encore le chiffre d’affaires corrigé des jours ouvrés.

Toutes les catégories de taille de TPE-PME ont connu une hausse d’activité, comme depuis plus de deux ans, avec des résultats de nouveau supérieurs aux moyennes nationales de leurs catégories respectives. Les plus petites structures, réalisant moins de 250 K€ de CA à l’année ainsi que celles dont le CA annuel se situe entre 500 et 999 K€ ont tiré la croissance régionale avec des hausses de 4,4 %. Les plus grandes PME de l’échantillon (entre 1 et 50 millions d’euros de CA annuel) restent dynamiques (+3,4 %), même si la hausse reste inférieure de plus d’un point à celle du précédent trimestre. Les entreprises dont le CA annuel est compris entre 250 et 499 K€ affichent une augmentation plus réduite (+2,4%), mais légèrement supérieure à celle du 2e trimestre 2019.