Analyse trimestrielle à fin T2 2019

L’indice trimestriel d’investissement des TPE/PME mesure l’évolution des dépenses d’investissement moyennes par entreprise et par jour.

  • Cet indice, au plus près des entreprises, permet de suivre l’évolution de l’investissement trimestre par trimestre et de comparer les chiffres avec ceux de l’année précédente, sur la base d’un périmètre constant d’entreprises.
  • Cet indice régional est mesuré à partir d’une moyenne trimestrielle de plus de 15 000 entreprises bretonnes.

Précision méthodologique

L’indice trimestriel d’investissement des TPE/PME est construit à partir des déclarations de TVA mensuelles et trimestrielles des entreprises. Cela explique pourquoi les tendances pourront être (légèrement) différentes de celles des indices mensuels qui sont, comme leur nom l’indique, uniquement réalisées à partir des déclarations mensuelles.

L’interprétation des données concernant l’investissement doit par ailleurs être faite en gardant à l’esprit la méthodologie retenue dans le cadre de cette étude :

  • Les données présentées sont issues d’un périmètre constant d’entreprises ; le critère de sélection étant le chiffre d’affaires. Autrement dit, seules les entreprises ayant déclaré un chiffre d’affaires au cours des premiers trimestres 2016 ET 2017 ont été retenues pour l’analyse.
  • Toutes ces entreprises n’ont toutefois pas investi au cours de ces deux périodes.
    • Certaines ont pu le faire, mais d’autres ont très bien pu n’investir que sur un des deux trimestres, voire ne pas investir du tout.
    • Le nombre d’entreprises ayant effectivement engagé des dépenses d’investissement n’est donc pas le même chaque trimestre

La situation reste tendue en matière d’investissement. Les TPE-PME bretonnes ont réduit leur effort (-0,9 %) pour le quatrième trimestre consécutif. La baisse est toutefois beaucoup moins marquée que lors des trois précédents trimestres, avec un effet de base particulièrement défavorable. La région remonte à la 8e place du classement, avec un résultat similaire à celui de la France.

En moyenne, sur les quatre derniers trimestres, les entreprises de la région ont diminué de 2,6 % les montants investis. Le résultat est inférieur d’1 point à la moyenne française (-1,6 %).

Statut quo sur le front de l’investissement depuis 7 trimestres. Les plus grandes PME de l’échantillon (entre 1 et 50 millions d’euros de CA annuel) accroissent significativement leur effort en la matière (+7,5 %) et limitent la baisse régionale. Pour les trois autres catégories, la contraction se poursuit alors que l’effet de base joue positivement. Les plus petites, réalisant moins de 250 K€ de CA à l’année, affichent de nouveau la plus forte baisse (-13,5 %). Celles dont le CA annuel est compris entre 500 et 999 K€ ont réduit les montants investis de 6,8 %. Pour celles dont l’activité est comprise entre 250 et 499 K€ (-3,4 %), la baisse est plus réduite que lors du précédent trimestre.

En termes d’investissement, la situation reste très variable selon le secteur et l’ampleur des évolutions est à mettre en regard de la taille de l’échantillon parfois réduite pour la région. Les TPE-PME du commerce (+8,3 %) affichent de nouveau leur confiance avec un cinquième trimestre consécutif de hausse. Celles de l’industrie manufacturière (+2,8 %) sont sur une dynamique positive depuis le début d’année. Les TPE-PME de la construction (+3,7 %) retrouvent enfin le chemin de la croissance, après quatre trimestres de restriction de l’effort d’investissement, même si l’effet de base jouait positivement.

Pour les structures du secteur des transports et de l’entreposage (-9,8 %), le rebond du précédent trimestre n’aura pas duré. Celles de l’hébergement restauration (-11,7 %) restent toujours aussi frileuses avec un cinquième trimestre consécutif de réduction des montants investis.