Analyse annuelle 2019

Performances des TPE/PME bretonnes en 2019 > EBE

L’excédent brut d’exploitation

Rappel

Si le taux d’excédent brut d’exploitation diffère fortement selon les différentes catégories d’entreprises, les comparaisons inter-régimes fiscaux sont impossibles. Selon le régime fiscal, les frais de personnel ne regroupent en effet pas les mêmes éléments, ce qui a un impact direct sur le niveau du taux d’excédent brut d’exploitation :

  • Entreprises assujetties à l’IS : salaires chargés, y compris la rémunération du chef d’entreprise.
  • Entreprises assujetties à l’IR (BIC, BNC et BA) : salaires chargés, hors rémunération du chef d’entreprise et cotisations du chef d’entreprise.

A l’exception de celles relevant du régime des BNC, toutes les entreprises bretonnes de la base Statexpert ont fait mieux, en termes de performances d’exploitation, en 2019 qu’en 2018. Mais, quel que soit leur régime fiscal, toutes affichent néanmoins un taux d’excédent brut d’exploitation en baisse sur la période 2017-2019.

  • Les TPE/PME bretonnes soumises à l’IS, après une année 2018 compliquée, ont vu leur excédent brut d’exploitation nettement rebondir en 2019, avec une progression de +5,3%. En dépit de cette hausse soutenue, leur taux d’excédent brut d’exploitation perd 0,4 point sur la période 2017-2019, pour finalement s’établir à 7,3% de leur chiffre d’affaires. C’est légèrement moins que ce que l’on constate pour la moyenne des entreprises françaises de ce type (7,6%).
  • Les entreprises de la région relevant du régime des BIC ont connu la même situation. Leur excédent brut d’exploitation a certes progressé de façon plus marquée en 2019 qu’en 2018 (+1,1%, contre +0,2%), mais cela n’a pas permis de redresser leur taux d’excédent brut d’exploitation. Ce dernier a représenté 14,8% de leur chiffre d’affaires en 2019. C’est moins que ce que l’on observait en 2017 et c’est moins que ce que l’on constate pour l’ensemble des entreprises françaises relevant de ce régime.
  • Les TPE/PME bretonnes relevant du régime des bénéfices agricoles, après une année de baisse, sont parvenues à redresser sensiblement leur excédent brut d’exploitation en 2019 : +5,3%. En dépit de cette belle performance, sur la période 2017-2019, leur taux d’excédent brut d’exploitation s’inscrit également en recul, à 23,2% de leur chiffre d’affaires. Un niveau (très) sensiblement inférieur à ce que l’on observe pour l’ensemble des entreprises françaises de cette catégorie.
  • Les entreprises de la région relevant du régime des BNC avaient vu leur excédent brut d’exploitation baisser légèrement en 2018. Il a nettement rebondi en 2019 : +5,3%. Cela dit, en dépit d’une légère remontée en 2019, leur taux d’excédent brut d’exploitation s’est contracté entre 2017 et 2019. Cette année-là, il s’est établi à 43,3% de leur chiffre d’affaires, ce qui est légèrement moins que le niveau observé pour la moyenne des entreprises françaises.

Evolution du chiffre d’affaires et de l’excédent brut d’exploitation des entreprises de la région

Excédent brut d’exploitation

Chiffre d’affaires

Entreprises soumises à l’IS

2018

2019

2018

2019

-0,4%

+5,3%

+5,2%

+4,6%

Entreprises relevant des BIC

2018

2019

2018

2019

+0,2%

+1,1%

+1,3%

+1,2%

Entreprises relevant des BNC

2018

2019

2018

2019

+1,0%

+0,2%

+2,1%

+1,0%

Entreprises relevant des BA

2018

2019

2018

2019

-0,3%

+5,3%

+2,4%

+4,5%

Source : Données issues de la base Statexpert – Evolutions annuelles sur la base d’un périmètre constant sur trois ans (44 283 entreprises