Analyse annuelle 2019

Analyse par secteurs d’activité > La contruction

La construction

Les chiffres clés des TPE/PME de la construction

Sur les deux dernières années, le secteur de la construction est clairement un des moteurs de l’économie bretonne. Ces entreprises ont en effet fait mieux qu’en 2018 et mieux que la moyenne des entreprises françaises du secteur.

Le chiffre d’affaires des entreprises du secteur de la construction a progressé de +6,2% en 2019. C’est certes un peu moins que la croissance constatée en 2018, mais cela reste une croissance très soutenue, qui témoigne notamment de la bonne tenue du marché breton de la construction de logements neufs et de la vente de logements anciens.

Comme dans quasiment tous les secteurs d’activité, cette augmentation du chiffre d’affaires est demeurée une fonction croissante de la taille en 2019.

  • Alors que le chiffre d’affaires des entreprises du secteur réalisant plus de 7,5 M€ de chiffre d’affaires annuel (celles de la tranche 4) a bondi de près de +9%…
  • …celui des plus petites entreprises de la base (moins de 150 k€ de chiffre d’affaires moyen sur les trois dernières années) n’a progressé « que » de +0,7%, soit à peu près le même rythme qu’en 2018.

Dans cet environnement porteur, les entreprises de la construction ont marqué le pas en matière d’investissement, avec une baisse de leurs dépenses de près de 2%. Une baisse qu’il convient toutefois de tempérer

  • D’une part, elle intervient après une (très) forte hause en 2018 : +13,6%.
  • D’autre part, elle doit beaucoup à la baisse des dépenses des plus grandes entreprises de la base.
    • Or, ces entreprises sont peu nombreuses, ce qui fait qu’une poignée d’entreprises peut influencer grandement l’évolution de la dépense globale.
    • Sans compter que les dépenses d’investissement de ces grandes entreprises bretonnes du secteur de la construction avaient explosé en 2018.

Signe toutefois, qu’en dépit de cet environnement très porteur, les tensions concurrentielles demeurent, le taux de valeur ajoutée des entreprises bretonnes de la construction s’est une nouvelle fois (légèrement) contracté en 2019. Un taux de valeur ajoutée, qui, à 36,6% du chiffre d’affaires, demeure toutefois supérieur de 0,5 point à ce que l’on observe à l’échelle du pays pour les entreprises du secteur de la construction.

 

Les chiffres clés des TPE-PME de la construction

2018

2019

Evolution
2017-2019

Chiffre d’affaires moyen

802 k€

857 k€

Chiffre d’affaires

+5,4%

+6,8%

Valeur ajoutée

+4,4%

+6,1%

Investissement

+13,6%

-1,8%

Source : Données issues de la base Statexpert – Evolutions annuelles sur la base d’un périmètre constant (5 564 entreprises)

Les chiffres clés de l’ensemble des TPE/PME françaises du secteur de la construction

2018

2019

Evolution
2017-2019

Chiffre d’affaires moyen

675 k€

717 k€

Chiffre d’affaires

+5,4%

+6,2%

Valeur ajoutée

+4,1%

+5,0%

Investissement

+2,2%

+6,9%

Source : Données issues de la base Statexpert – Evolutions annuelles sur la base d’un périmètre constant sur trois ans (108 283 entreprises)

Les perspectives de chiffre d’affaires des TPE/PME de la construction pour 2020

Les données présentées dans le cadre de cette partie sont naturellement fortement impactées par les conséquences de la crise de la Covid-19. Si les entreprises analysées sont légèrement moins nombreuses que les années précédentes, ces données fournissent néanmoins un éclairage extrêmement intéressant et pertinent sur l’ampleur du choc auquel les TPE/PME françaises font actuellement face.

Rappelons par ailleurs que ces données sont construites sur un échantillon constant d’entreprises. Autrement dit, elles ne prennent pas en compte l’impact des disparitions d’entreprises et/ou les entreprises qui n’ont pas déposé de déclarations de TVA au cours d’un des six premiers mois de 2019. Dit encore autrement, les baisses d’activité constatées sur les six premiers mois de 2020 sont sans aucun doute sous-évaluées.

 

Pas de miracle pour les entreprises de la construction ! Si les TPE/PME bretonnes évoluant dans ce secteur d’activité sont presque parvenues à maintenir leur chiffre d’affaires au cours du premier trimestre, elles n’ont pu échapper à une forte contraction de leur activité au cours du deuxième trimestre.

  • Selon les premières données disponibles (via la base Statexpert et l’analyse des déclarations de TVA des entreprises), le chiffre d’affaires journalier moyen des professionnels bretons de la construction a baissé de -0,4% au cours du premier trimestre 2020 (+0,1% à l’échelle nationale)…
  • …mais il a plongé de -16,9% durant le deuxième trimestre, par rapport au deuxième trimestre 2019 (-16,4% pour l’ensemble des entreprises françaises de la construction).

Les comptes d’exploitation types

Précisions méthodologiques

Sont présentés ci-après les comptes d’exploitation types des TPE/PME de la base Statexpert pour les années 2017, 2018 et 2019.

Comme indiqué précédemment, compte tenu des divergences des régimes fiscaux, qui affectent la présentation des comptes des entreprises, un compte d’exploitation type pour chaque régime fiscal est présenté.

Les tableaux avec les lignes de titres et les bordures en rouge détaillent les comptes d’exploitation types des TPE/PME bretonnes du secteur, alors que les tableaux avec les lignes de titres et les bordures en bleu retracent les comptes d’exploitation types de l’ensemble des TPE/PME françaises du secteur.

Vue d’ensemble

Les TPE/PME bretonnes du secteur de la construction ont connu des fortunes diverses en matière de performances d’exploitation en 2019.

  • Les entreprises du secteur soumises à l’IS (généralement les plus grandes) ont connu une excellente année en la matière, avec une hausse de plus de +15% de leur excédent brut d’exploitation. Dans ces conditions, leur taux d’excédent brut d’exploitation est repassé au-dessus de son niveau de 2017, à 6,2% de leur chiffre d’affaires (c’est peu ou prou le même niveau qu’à l’échelle nationale).
  • La situation a en revanche été plus compliquée pour les entreprises bretonnes du secteur relevant du régime des BIC. Leur excédent brut d’exploitation n’a progressé que d’un symbolique +0,1%, ce qui a conduit à une contraction du taux d’excédent brut d’exploitation. Celui-ci a retrouvé son niveau de 2017, à 16,2% de leur chiffre d’affaires (soit 1,3 point de moins que la moyenne nationale pour ce type d’entreprises).

Les entreprises soumises à l’IS

Compte d’exploitation type des entreprises bretonnes du secteur
de la construction soumises à l’IS

2017

En % du CA

2018

En % du CA

2018/2017

2019

En % du CA

2019/2018

Chiffre d’affaires moyen en k€

1 134 k€

1 201 k€

+5,9%

1 288 k€

+7,3%

Chiffre d’affaires (base 100)

100,0

100,0

+5,9%

100,0

+7,3%

Valeur ajoutée

36,4

36,0

+4,7%

35,8

+6,8%

Charges de personnel

29,5

29,3

+5,0%

28,7

+5,2%

Excédent brut d’exploitation

5,9

5,7

+2,4%

6,2

+15,2%

Résultat net avant IS

2,6

2,4

-0,4%

2,6

+14,4%

Impôt sur les sociétés

1,0

1,0

+2,2%

1,1

+20,4%

Résultat net après IS

3,6

3,4

+0,3%

3,7

+16,1%

Investissements (en % du CA)

3,2%

3,5%

+16,8%

3,2%

-1,7%

BFR (en jours de CA)

62,3

62,0

-0,2

57,0

-5,0

Trésorerie (en % du total bilan)

22,4%

21,5%

+0,9%

23,2%

+11,8%

Source : Données issues de la base Statexpert – Evolutions annuelles sur la base d’un périmètre constant (3 424 entreprises)

Note : les variations 2018/2017 et 2019/2018 sont calculées à partir des données brutes en €.

Compte d’exploitation type de l’ensemble des TPE/PME françaises
du secteur de la construction soumises à l’IS

2017

En % du CA

2018

En % du CA

2018/2017

2019

En % du CA

2019/2018

Chiffre d’affaires moyen

865 k€

915 k€

+5,8%

977 k€

+6,8%

Chiffre d’affaires (base 100)

100,0

100,0

+5,8%

100,0

+6,8%

Valeur ajoutée

36,3

35,8

+4,4%

35,4

+5,5%

Charges de personnel

29,3

28,9

+4,5%

28,4

+4,7%

Excédent brut d’exploitation

6,1

5,9

+3,0%

6,1

+10,0%

Résultat net avant IS

2,7

2,7

+5,0%

2,6

+3,4%

Impôt sur les sociétés

1,1

1,0

-0,4%

1,2

+20,5%

Résultat net après IS

3,8

3,7

+3,5%

3,8

+8,2%

Investissements (en % du CA)

3,3%

3,2%

+2,9%

3,2%

+7,6%

BFR (en jours de CA HT)

61,9

63,2

+1,3

62,6

-0,6

Trésorerie (en % du total bilan)

22,8%

21,9%

+1,3%

22,7%

+9,0%

Source : Données issues de la base Statexpert – Evolutions annuelles sur la base d’un périmètre constant sur trois ans (72 998 entreprises)

Note : les variations 2018/2017 et 2019/2018 sont calculées à partir des données brutes en €.


Les entreprises relevant des BIC

Comptes d’exploitation types des entreprises bretonnes
du secteur de la construction relevant des BIC

2017

En % du CA

2018

En % du CA

2018/2017

2019

En % du CA

2019/2018

Chiffre d’affaires moyen en k€

189 k€

191 k€

+0,9%

194 k€

+1,8%

Chiffre d’affaires (base 100)

100,0

100,0

+0,9%

100,0

+1,8%

Valeur ajoutée

44,4

45,2

+2,6%

44,9

+1,2%

Charges de personnel

26,5

26,5

+1,0%

26,5

+1,7%

Excédent brut d’exploitation

16,2

16,5

+2,6%

16,2

+0,1%

Résultat net

13,7

14,1

+3,2%

14,2

+3,0%

Investissements (en % du CA)

3,9%

3,4%

-11,0%

3,3%

-2,9%

BFR (en jours de CA)

31,9

30,2

-1,7

25,4

-4,9

Trésorerie (en % du total bilan)

26,7%

26,7%

-3,8%

28,9%

+8,0%

Source : Données issues de la base Statexpert – Evolutions annuelles sur la base d’un périmètre constant (2 229 entreprises)

Note : les variations 2018/2017 et 2019/2018 sont calculées à partir des données brutes en €.

Compte d’exploitation type de l’ensemble des TPE/PME françaises
du secteur de la construction relevant des BIC

2017

En % du CA

2018

En % du CA

2018/2017

2019

En % du CA

2019/2018

Chiffre d’affaires moyen

177 k€

179 k€

+1,4%

180 k€

+0,6%

Chiffre d’affaires (base 100)

100,0

100,0

+1,4%

100,0

+0,6%

Valeur ajoutée

43,7

43,9

+1,9%

43,8

+0,3%

Charges de personnel

24,3

24,1

+0,8%

24,0

+0,3%

Excédent brut d’exploitation

17,7

17,7

+1,4%

17,5

-0,2%

Résultat net

15,5

15,6

+2,0%

15,7

+1,2%

Investissements (en % du CA)

3,4%

3,3%

-4,4%

3,2%

+0,4%

BFR (en jours de CA HT)

47,1

44,0

-3,1

38,7

-5,3

Trésorerie (en % du total bilan)

23,8%

24,4%

-0,2%

26,4%

+5,5%

Source : Données issues de la base Statexpert – Evolutions annuelles sur la base d’un périmètre constant sur trois ans (35 236 entreprises)

Note : les variations 2018/2017 et 2019/2018 sont calculées à partir des données brutes en €.