Analyse annuelle 2018

Analyse par taille d’entreprises > Chiffre d’affaires et investissement

L’évolution du chiffre d’affaires selon la taille

La prime à la taille ne s’est pas démentie en 2018, pour les TPE/PME bretonnes comme pour l’ensemble des entreprises françaises. Plus les entreprises analysées sont grandes, plus leur chiffre d’affaires progresse rapidement, en moyenne. Un constat qui n’est guère surprenant dans la mesure où les plus petites entreprises sont plus souvent face à des carences de ressources et/ou à des effets de seuil.

  • Certes, le chiffre d’affaires des TPE bretonnes des tranches 1[1] et 2[2] a progressé moins rapidement que celui des entreprises de plus grande taille. Cela dit, ces entreprises ont enregistré une croissance plus soutenue en 2018 qu’en 2017, avec des hausses respectives de +1,0% et +2,2%, soit sensiblement le même rythme que ce que l’on observe à l’échelle de l’Hexagone pour ce type d’entreprises.
  • Les entreprises de la tranche 3[3] ne sont pas, en revanche, parvenues à afficher la même croissance qu’en 2017. Cela dit, avec une deuxième année consécutive de progression de leur activité de l’ordre de +4%, ces entreprises ont confirmé leur dynamisme en 2018. Notons que la croissance de ces entreprises est toutefois légèrement moins prononcée que celles de l’ensemble des entreprises françaises de cette taille.
  • Avec une progression de leur chiffre d’affaires de +5,5% en 2018, les PME réalisant plus de 7,5 M€ de chiffre d’affaires annuel moyen sur les trois dernières années ont affiché la plus forte croissance de la région. Elles ont par ailleurs fait mieux que la moyenne des entreprises françaises de cette taille.

 

[1] Moins de 150 k€ de chiffre d’affaires annuel moyen sur les trois dernières années.

[2] Entre 150 k€ et 750 k€ de chiffre d’affaires annuel moyen sur les trois dernières années.

[3] Entre 750 k€ et 7,5 M€ de chiffre d’affaires annuel moyen sur les trois dernières années.

L’évolution de l’investissement selon la taille

Rappel

Les informations contenues dans les déclarations TDFC des BNC ne nous ont pas permis d’analyser l’évolution des dépenses d’investissement des entreprises exerçant sous ce régime fiscal. C’est pourquoi seules les dépenses d’investissement des entreprises assujetties à l’IS, des BIC et des BA sont présentées dans cette partie.

Comme c’était le cas en 2017, les situations sont demeurées contrastées, en matière d’investissement, selon la taille des TPE/PME bretonnes analysées.

  • Les plus dynamiques en la matière ont, une nouvelle fois, été les plus grandes entreprises de la base Statexpert. Les structures ayant réalisé plus de 7,5 M€ de chiffre d’affaires, en moyenne, sur les trois dernières années, ont en effet accru leurs dépenses d’investissement de plus de +10% en 2018 (comme elles l’avaient déjà fait en 2017).
  • Les entreprises des tranches 1[1] et 3[2] ont, elles aussi, fait preuve de dynamisme, en matière d’investissement, en 2018. Leurs dépenses ont en effet progressé de respectivement +3,1% et +2,6% au cours de l’année écoulée. Notons toutefois que ces deux catégories d’entreprises avaient réduit leurs dépenses en 2017.
  • Les entreprises de la tranche 2[3] ont, à l’inverse, nettement réduit leurs dépenses d’investissement en 2018, avec une chute de plus de 10%. Il convient toutefois de noter que les investissements de ces entreprises avaient fortement progressé en 2017. Autrement dit, la contreperformance de 2018 ne doit pas être surinterprétée.

[1] Moins de 150 k€ de chiffre d’affaires moyen sur les trois derniers exercices.

[2] Entre 750 k€ et 7,5 M€ de chiffre d’affaires moyen sur les trois derniers exercices.

[3] Entre 150 € et 750 k€ de chiffre d’affaires moyen sur les trois derniers exercices.