Analyse annuelle 2018

Analyse par régime fiscal > Les charges du personnel

Précision méthodologique

Comme indiqué en préambule de ce rapport, les règles comptables et fiscales des différents régimes divergeant, à compter des charges de personnel, les ratios ne sont pas comparables entre les différents régimes. C’est pourquoi, la suite de l’analyse des indicateurs de gestion sera réalisée en classant les entreprises en fonction de leur régime fiscal. Les indicateurs présentés dans la suite de cette partie sont les suivants :

  • Charges de personnel.
  • Excédent brut d’exploitation.
  • Résultat net.

Rappel

Si le poids des charges de personnel diffère selon les différentes catégories d’entreprises, les comparaisons inter-régimes fiscaux sont impossibles. Selon le régime fiscal, les frais de personnel ne regroupent en effet pas les mêmes éléments :

  • Entreprises assujetties à l’IS : salaires chargés, y compris la rémunération du chef d’entreprise.
  • Entreprises assujetties à l’IR (BIC, BNC et BA) : salaires chargés, hors rémunération du chef d’entreprise et cotisations du chef d’entreprise.

 

L’ensemble des TPE/PME bretonnes de la base Statexpert ont vu leurs charges de personnel progresser en 2018. Selon le régime fiscal de ces entreprises, on distingue toutefois deux cas de figure.

  • Les entreprises soumises à l’IS et celles relevant des bénéfices agricoles, qui ont vu leurs charges de personnel progresser plus rapidement en 2018 qu’en 2017.
  • Les entreprises soumises à l’IS[1] ont accru leurs charges de personnel de +4,7% en 2018, soit 1 point de plus qu’en 2017. Sur la période 2016-2018, ce poste de dépense a évolué dans les mêmes proportions que le chiffre d’affaires. Le poids de la masse salariale de ces entreprises est donc stable sur la période, à 24,3% de leur chiffre d’affaires (soit 1,5 point de moins que ce que l’on observe à l’échelle nationale pour cette catégorie d’entreprises).
  • Avec une augmentation de leurs charges de personnel de +5,4%, les entreprises bretonnes relevant des bénéfices agricoles sont celles qui ont enregistré la plus forte progression de l’année 2018. In fine, le poids de ce poste de charges s’est très légèrement renforcé sur la période 2016-2018. A 10,6% du chiffre d’affaires, il reste néanmoins sensiblement inférieur à ce que l’on observe à l’échelle nationale pour cette catégorie d’entreprises.
  • Pour les TPE/PME relevant des régimes des BIC et des BNC, on observe le phénomène inverse, avec une progression des charges de personnel moins prononcée en 2018 qu’en 2017.
  • Malgré un chiffre d’affaires en progression de +1,2% en 2018, les entreprises relevant des BIC ont réussi à contenir la hausse de leurs charges de personnel à +0,5% sur l’année. In fine, sur la période 2016-2018, le poids des charges de personnel de ces entreprises est toutefois resté stable, à 24% de leur chiffre d’affaires. Contrairement à ce que l’on observe pour les TPE/PME bretonnes soumises à l’IS, c’est plus que le niveau affiché par la moyenne nationale des entreprises de ce type.
  • Les entreprises relevant du régime des BNC ont quant à elles affiché des charges de personnel en hausse de +3,5% en 2018. C’est moins qu’en 2017, mais c’est sensiblement plus que la progression du chiffre d’affaires sur l’année. Le poids de leurs charges de personnel s’est donc une nouvelle fois alourdi en 2018, pour atteindre 25,6% de leur chiffre d’affaires. C’est, là-aussi, (légèrement) plus que ce que l’on observe pour l’ensemble des entreprises françaises de ce type.

[1] Plus de 54% du total des entreprises bretonnes de la base Statexpert.