Analyse annuelle 2018

Analyse par régime fiscal > BFR et Trésorerie

Vue d’ensemble

Les entreprises bretonnes soumises à l’IS, comme celles relevant du régime des BIC, ont vu leur trésorerie s’améliorer sur la période 2016-2018. En matière d’évolution de leur BFR, les situations sont plus contrastées.

  • Dans un contexte de progression soutenue de leur activité, les entreprises soumises à l’IS ont vu leur besoin en fonds de roulement s’alourdir en 2018, comme cela avait déjà été le cas en 2017. Leur BFR a ainsi représenté plus de 42 jours de chiffre d’affaires (HT). Notons que c’est 7 jours de moins que la moyenne des entreprises françaises soumises à l’IS.
  • A l’inverse, le BFR des TPE/PME relevant du régime des BIC s’est allégé sur la période 2016-2018. En 2018, le BFR de ces entreprises a représenté 14% de leur chiffre d’affaires. C’est, là-aussi, sensiblement moins que ce que l’on observe, en moyenne, pour l’ensemble des entreprises françaises de ce type.
  • Au niveau de la trésorerie, la situation des TPE/PME de la région (qu’elles soient soumises à l’IS ou qu’elles relèvent des BIC) a continué de s’améliorer en 2018, après une année 2017 déjà bien orientée.
  • L’amélioration de la situation globale des entreprises de la base Statexpert au cours des dernières années s’est traduite par une remontée du poids de leur trésorerie en 2018[1], quel que soit leur régime fiscal.
  • Cette hausse soutenue de leur trésorerie montre clairement que, si la situation moyenne des entreprises s’améliore nettement, ces dernières continuent de faire preuve d’une certaine prudence. La progression de leurs dépenses d’investissement est, en effet, nettement moins vigoureuse que celle de leur trésorerie.

[1] Le poids de la trésorerie est exprimé en % du total bilan.

Les entreprises soumises à l’IS

Les entreprises relevant des BIC